Langues disponibles



Club de Reconnaissance et d'Entraide aux Levriers

Féli, galga sans faille

Par cet article, vous connaîtrez  concrètement tout le travail accompli par des bénévoles depuis le 14 février 2012 afin de ramener notre petite fugueuse et courageuse Féli qui réalise un parcours sans faille par l'esquive de tous les moyens matériels et humains mis en place jusqu'à ce jour.

 

Notre souhait le plus cher à TOUS est que notre citadine retrouve le goût et l'insouciance au sein d'un foyer chaleureux.

 

Le 28 janvier 2012 arrivaient du refuge ARCA DE NOE à Albacète les lévriers : Crel, Féli et Villano pris en charge aussitôt par notre équipe, plus précisément Martine P., Catherine F. et Nathalie S.

 

Adoptée le jour même, Féli s'enfuit quelques semaines plus tard, le 14 février 2012. Alerté immédiatement par sa famille, le C.R.E.L prend les dispositions administratives adéquates et lance tout de suite la campagne de recherche.


Aussi, des personnes bien intentionnées ont crée une mini-émeute, "VITE VITE" attrapons Féli, ce Ram-Dam a fait que cette dernière s'est retranchée 15 kms plus loin alors que la première nuit elle revenait près de chez elle.


Mi-février 2012, une première cage trappe est installée par le C.R.E.L avec une alimentation constante apportée quotidiennement par sa maîtresse. Cette cage est restée en place près de 3 mois sans aucun résultat.

 


Fin février 2012, Séverine L. rejoint le C.R.E.L dans cette folle recherche de Féli et la cage trappe a été rendue à son propriétaire pour les besoins de sa société.

 


C'est au tour de Myriam qui rejoint le groupe de recherche, à présent une équipe se met en place doucement avec des comportementalistes, des médiums et des gens de bonne volonté sans aucune expérience du lévrier, tout le monde devrait maintenant aller dans le même sens.

 


Quelque temps plus tard, une seconde cage trappe est mise en place grâce aux gardes nature du territoire de Belfort  qui mettent du matériel à la disposition de notre association, encore une fois sans succès malgré les 3 mois de mise en place de cette cage de capture.

 


Vient le moment où les bénévoles du C.R.E.L sont pris à partie et  insultés quotidiennement par mail, par téléphone et même par le biais de la presse locale.

Les menaces arrivent aussi contre Féli "empoisonnement, coup de fusil et autres" ainsi que des menaces contre notre association.

 

 

 

Article de Presse paru le 28 Janvier 2013 par l'Est Républicain sur le Territoire de Belfort!



"INSOLITE ANCIEN CHIEN MARTYR EN ESPAGNE, FÉLI ERRE DEPUIS UN AN DEHORS SANS QUE PERSONNE NE PUISSE L’ATTRAPERUN LÉVRIER EN FUITE À ESSERT

 

Un instant rare : Féli ne s’approche que très furtivement des humains.



« CE QUE NOUS VOULONS, c’est que les gens arrêtent de lui courir après et de l’effrayer. Par contre ils peuvent l’appeler, lui parler », explique Brigitte. Depuis un mois et demi, cette amie des bêtes qui possède elle-même trois lévriers martyrs, campe tous les matins pendant trois heures avec Jenny, une autre volontaire, en attendant de voir apparaître Feli, un lévrier galgo venu d’Espagne.



« L’association vosgienne CREL l’a ramené et l’a confié à une propriétaire à Chaux mais le chien, insociable et traumatisé, s’est enfui. Depuis, personne n’arrive à le récupérer », explique Brigitte. Cela fait un an que Féli erre dehors. Après avoir été aperçue à Danjoutin, Bavilliers, Châlonvillars et Roppe, la chienne s’est « établie » depuis quatre mois à Essert. Le voisinage s’inquiète de plus en plus d’après Brigitte : « Les gens ont peur, pense qu’elle est méchante. Certains parlent de lui donner des boulettes empoissonnées ou de l’écraser ».



Plusieurs associations ont été saisies : le CREL, l’Arche des lévriers, le Coursing club comtois et la société canine de Franche-Comté, mais rien ne bouge. Quant au maire d’Essert, « il ne fait pas intervenir les gardes nature car il n’a pas payé de cotisation », explique Brigitte.



La situation est donc au statu quo. Néanmoins, en compagnie de Jenny, Brigitte estime avoir pu établir un contact précieux avec l’animal. « Elle s’approche à moins d’un mètre », se félicite Jenny. Les deux femmes l’appâtent avec de la nourriture, « des restes que donne un restaurant ». Jenny les garde chaud en utilisant un réchaud à la bougie qui diffuse une odeur alléchante.



Cela fonctionne. Hier, la chienne a fait son apparition. Elle semblait très maigre et perdue. « Elle supporte mal le froid. Elle revient d’Espagne où les lévriers servent à chasser le lièvre et sont maltraités : on les traîne derrière les voitures, on les jette vivants dans des puits ou on les pend avec les pattes qui traînent par terre pour qu’ils mettent plus de temps à mourir », déplore Brigitte. Sur Belfort, six lévriers martyrs ont trouvé refuge chez des propriétaires aimants et attentionnés.

E. T."

 



"1er Février 2013

Le maire d'Essert fait valoir son droit de réponse.

ESSERT-LÉVRIER : LE MAIRE D’ESSERT S’EXPLIQUE



SUITE À L’ARTICLE paru dans notre édition du 28 janvier sous le titre « Un lévrier en fuite à Essert », le maire d’Essert, Yves Gaume, répond à ses contradicteurs : « Ce chien évolue sur les communes de Châlonvillars, Essert, Cravanche, Bavilliers, Belfort voire Danjoutin. Concernant la position d’Essert sur les gardes nature, il faut savoir que la commune de Bavilliers a adopté la même position que la nôtre. Le coût annuel pour adhérer aux gardes nature est d’environ 12.000 euros. Ce qui veut dire en 5 ans de mandat que nous aurions déboursé 60.000 euros que le contribuable essertois aurait réglés ».

Yves Gaume poursuit : « De plus, les gardes nature ont essayé de capturer ce chien dans d’autres communes, sans résultat. En conclusion, la gestion d’une commune ne s’effectue pas au sentiment ou à l’affectif mais dans le cadre de la réalité économique, voire du bon sens. Se saisir de la problématique d’un pauvre chien provenant d’Espagne et errant dans plus de quatre communes, pour critiquer le maire d’Essert ne reflète pas vraiment la grandeur »."

 



 

En date du 1er février 2013 a eu lieu une réunion pour revoir les méthodes mises en oeuvre pour Féli, les bénévoles qui ont aidé sur place ont été conviés. La réunion était présidée par Jérôme Guillot, représentant légal du C.R.E.L (association propriétaire de la chienne) et suppléé par Séverine Lovato, représentante locale, la presse a été également invitée afin qu’à son tour le C.R.E.L s’exprime…

 

 


"03 Janvier 2013

Jérôme Guillot exerce à son tour son droit de réponse.



"... LÉVRIER D’ESSERT : LE CREL RÉPONDSUITE À L’ARTICLE PARU LE 28 JANVIER INTITULÉ « UN LÉVRIER EN FUITE À ESSERT », L’ASSOCIATION CREL ...

Suite à l’article paru le 28 janvier intitulé « un lévrier en fuite à Essert », l’association CREL (club de reconnaissance et d’entraide aux lévriers), à qui appartient la chienne en fuite, souhaite réagir.

« Nous avons récupéré Féli le 28 janvier 2012 en Espagne. Elle s’est enfuie le 14 février suite à un incident avec son adoptante. À la base, il ne s’agit pas d’un animal traumatisé ou associable », précise Jérôme Guillot. Le président du CREL assure que « tout a été mis en œuvre » pour la capture de Féli depuis un an. « Lorsqu’elle s’est enfuie, nous avons contacté une société de capture d’animaux sauvages du Sud-Ouest pour la récupérer mais il y a eu un problème d’autorisation.

À nouveau, nous avons contacté cette société, il y a trois mois mais elle n’avait pas assez d’agents disponibles pour en envoyer ici ».

« Les pompiers et les vétérinaires de la région ont été prévenus mais le seul qui possède un fusil hypodermique habite à Lure à 45 minutes d’ici et il faut que le tir ait lieu dans un endroit sécurisé. Trois cages trappes ont déjà été posées dont une qui est restée trois mois à Essert », ajoute Séverine Lovato, déléguée Franche-Comté du CREL.

Jérôme Guillot précise qu’« une cage trappe et une perche de capture vont bientôt arriver » dans la commune. Le président du CREL insiste : « Depuis un an, il y a eu un gros travail de fait. Des bénévoles restent sur place par tous les temps ».

Il recommande aux badauds de ne pas s’intéresser à l’animal, de ne pas le nourrir et de prendre contact directement avec Séverine Lovato au 06.72.79.76.01 si un contact est établi ou sur le site www.crel.fr."

 



Pour information :



Selon la législation en vigueur, la carte d'identification aurait dû être transférée aux adoptants de Féli dès le 3 février 2012, mais par la non présence des documents délivrés par la SIEVSAPV, nous n'avons pu faire cette cession en temps et en heure.


Aussi, une fois les documents reçus, Féli était déjà en fugue, le C.R.E.L n'a pas fait le transfert de propriété car ce dernier prend l'entière responsabilité de la galga en cavale, tant du côté assurance que du côté de la responsabilité des membres directeurs de l'association.


Suite à la réunion du 01 Février 2013 à Belfort avec les responsables de l'association ainsi que certains bénévoles sur place, il en est convenu, qu'en tant que responsable juridiquement de cette chienne, le C.R.E.L. prendra seul les décisions sur les actions à mener.


Le C.R.E.L a fait l'acquisition d'une perche de capture et d'une cage trappe afin de laisser un dispositif permanent aux bénévoles sur place.

 

 

A votre disposition :



Une page Facebook a été créé pour Féli (Féli, galga en fuite depuis le 14 Février 2012), les commentaires sont bannis, le but est d'informer  les personnes sensibilisées du sort de Féli sur l'avancée de la situation.

 





Espace Photos

(survolez pour agrandir)


Contacter le CREL C.R.E.L "Club de Reconnaissance et d'Entraide aux Lévriers" Mentions légales
  Association de Protection Animale loi 1901  
Enregistrée en Sous-Préfecture de Saint-Dié des Vosges sous le numéro: W883001147 Inscrite au Journal Officiel, Année "141" N°37 Article 1270
 _____________________ 
© CREL 2009-2017  
Flux RSS