Langues disponibles



Club de Reconnaissance et d'Entraide aux Levriers

Bruxelles réprimande l'Espagne !

Un premier pas peut-être, notre manifestation de Strasbourg a t'elle fait parler d'elle ???

 

La CEE prévient qu’elle prendra des mesures pour la maltraitance animale, pour les conditions dans les zoos et dans les abattoirs !

 

Le mauvais traitement des animaux en Espagne était traditionnel, mais il devient de plus en plus de la sauvagerie, de la haine à se défouler sur des animaux sans défense.

 

 

Si faible sont TOUS ses personnages qui ne sont ni plus ni moins que des personnes qui ne valent rien, la suite dit le reste.

 

Le traitement que réservent les lois espagnoles envers les animaux préoccupe la Commission Européenne. L’exécutif de la communauté européenne a ouvert hier en Espagne une enquête sur le traitement qui est réservé aux animaux qui sont tués dans les abattoirs et l’a menacée d’une amende pour le traitement subi par les animaux des parcs zoologiques.

 

 

En ce qui concerne les pars zoologiques, l’Exécutif de la communauté européenne menace l’Espagne d’une amende de plusieurs millions d’euros car elle ne respecte pas la législation en matière de soins aux animaux et pour les autorisations des parcs. L’Espagne a déjà été condamnée pour ce motif par le Tribunal de Justice de l’Union Européenne, qui a considéré que les parcs zoologiques d’Aragon, des Asturies, des Baléares, des Canaries, de Cantabria, de Castilla et Léon, d’Extrémadure et de Galice ne répondaient pas aux normes européennes. Depuis lors,  l’Espagne « continue sans fournir les preuves que les envois d’autorisations se font correctement ou que les parcs zoologiques qui ne répondent pas aux normes ont été fermés », précise l’Exécutif de la communauté européenne dans un communiqué rendu public hier.

 

 

La responsabilité incombe directement aux communautés autonomes, car Bruxelles reconnaît que la directive est transposée aux lois du pays. Les principales préoccupations des fonctionnaires européens sont « les autorisations, les inspections et les procédures de fermeture des parcs zoologiques » qui, selon eux, ne sont pas respectés par ces communautés autonomes.

 

 

Tout d’abord Bruxelles critique le traitement infligé aux animaux en Espagne. La semaine dernière, l’ONG Igualdad Animal a demandé la fermeture des principaux parcs zoologiques du pays arguant du fait que « les animaux souffrent sur le plan physique et psychologique, les installations ne répondent pas à leurs besoins, ils n’ont aucun endroit où aller chercher leur nourriture et ils n’ont pas de végétation vivante près d’eux », selon une étude réalisée par cette organisation. C’est ainsi que plusieurs activistes se sont rassemblés devant plusieurs parcs zoologiques, installés dans des cages car ils voulaient sensibiliser l’opinion publique sur la maltraitance que suppose pour un animal le fait de vivre en captivité.

 

 

Si l’Espagne ne prouve pas qu’elle suit les directives, Bruxelles portera de nouveau son cas devant le Tribunal de Justice, qui pourra imposer une amende avec une majoration pour le non respect d’une sentence antérieure sur le même sujet.

 

 

Manquements dans les abattoirs:



Les normes européennes obligent à réduire au maximum la souffrance des animaux, évitant toute agitation ou douleur aussi bien pour les animaux tués dans les abattoirs que ceux qui sont tués en dehors. Pour cela, l’Espagne doit introduire des lois claires sur les abattoirs et garantir des systèmes d’inspection qui corrigent les manquements. Selon la législation européenne, ceux qui sont chargés de donner la mort aux animaux devraient être des professionnels qui étourdissent tout d’abord l’animal, au cas où il ne serait pas possible de le tuer de manière instantanée.

 

Bruxelles demande à l’Espagne d’améliorer sa législation et menace avec des amendes ceux qui ne rempliraient pas les conditions, en espérant qu’elles seront dissuasives. Si l’Espagne ne démontre pas que les normes répondent aux exigences européennes, l’Exécutif de la communauté européenne pourrait remettre le dossier à la Justice européenne, qui pourrait imposer une amende.

 





Espace Photos

(survolez pour agrandir)


Contacter le CREL C.R.E.L "Club de Reconnaissance et d'Entraide aux Lévriers" Mentions légales
  Association de Protection Animale loi 1901  
Enregistrée en Sous-Préfecture de Saint-Dié des Vosges sous le numéro: W883001147 Inscrite au Journal Officiel, Année "141" N°37 Article 1270
 _____________________ 
© CREL 2009-2017  
Flux RSS