Langues disponibles



Club de Reconnaissance et d'Entraide aux Levriers

Quand la presse s'en mêle !

Les médias sont une formidable source d'informations, par leur biais énormément de causes ont été mises à nu face à toutes les populations.

Il est très important pour les Lévriers que les presses françaises et européennes s'emparent de la cause animale et plus particulièrement de la cause des Lévriers Galgos et Podencos que nous défendons quotidiennement.

 

 

LE LÉVIRER MIRACULÉ... "Républicain Lorrain paru le Dimanche 3 novembre 2013"

 

 

Après une expérience douloureuse, Patricia Joliot pensait ne plus jamais adopter de chien. Il y a de ça un an, cette Longovienne cynophile a pourtant craqué pour un lévrier maltraité, et le combat de l’association qui l’avait recueilli.

 

C’est comme un chat, mais en plus affectueux. Moi je l’appelle «le chien-chat. » lové dans le canapé du salon de Patricia Joliot, Mauri réagit à peine. Depuis un an, ce lévrier galgo est ici à Longwy. Et pourtant, son arrivée dans la famille n’était pas gagnée. Même pour Patricia, pourtant «cynophile depuis toute petite. »

 

La raison pour elle : la précédente adoption de la Longovicienne et son mari, Mickaël, s’était mal passée. « On nous avait recommandé un berger allemand, avec tous les traits d'un malinois. Mais il s’est avéré qu’il était croisé avec un american stafford. Un jour, notre garçon est arrivé et le chien ne l'a pas reconnu. J’ai juste eu le temps de rattraper l'animal… qu’on a dû euthanasier. » Un véritable crève-cœur pour Patricia, alors décidée à faire le deuil des ses fidèles amis à quatre pattes.

 

 

Un club vosgien

 

 

La donne change en août 2012, lorsque la jeune femme se voit diagnostiquer une fibromyalgie, maladie caractérisée par des douleurs musculaires chroniques et fatigue persistante. « Mon état exige que je bouge beaucoup pour prévenir les douleurs. Avant, j’étais très énergique, e, activité tout le temps. Ma maladie m'a fait perdre 10kg. D'où l’idée d'adopter un chien pour me forcer à sortir », résume Patricia.
Cette fois, la Longovicienne  songe à un lévrier «pour sa beauté et son élégance ». L’antenne parisienne de la SPA (Société Protectrice des Animaux) qu’elle contacte la renvoie immédiatement vers le Club de Reconnaissance et d’Entraide aux Lévriers (CREL), basé dans les Vosges. Par téléphone, son président Jérôme Guillot (lire plus bas) aiguille Patricia. Elle souhaiterait un lévrier podenco. « Trop sportif » pour elle. Le responsable lui conseille un galgo, plus calme.

 

« Brûlés à l'acide »

 

 

Fin octobre 2012, la jeune femme fait finalement la connaissance de Mauri, à Strasbourg, chez sa famille d’accueil liée au CREL. Le cœur de l’ami des animaux bat à nouveau. Mais il se sert aussi, lorsque la Longovicienne découvre le combat du CREL. « Le club travaille en France, en Europe…mais surtout en Espagne à l’heure actuelle. Ses membres font notamment «remonter » et placent des lévriers qui ont été utilisés comme des outils de chasse puis maltraités, détaille la jeune adhérente. Ces chiens sont brûlés à l'acide, traînés derrière des voitures, mutilés, amputés de certains membres, etc. Certains chasseurs espagnols feraient ça pour laver leur honneur à la fin de la saison, lorsque l'animal n’a pas té assez efficace… »

 

Parc chance, Mauri semble avoir échappé aux pires de ces horreurs. Seule sa queue a été coupée en partie. Un triangle de peau nue, sur le haute de sa patte avant droite, laisse également deviner une ancienne blessure. « Je pense qu'il devait être un bon pisteur ou un bon reproducteur, suppose Patricia. Quand on l'a adopté, Mauri avait 5ans. Et un «mauvais » chien de chasse ne survit pas aussi longtemps… »

 

Avant son arrivée en France, le lévrier avait vécu pendant un an dans un refuge à 17km de la ville d’Albacete, au sud de l’Espagne, avec lequel travaille le CREL. Au-delà, le passé du galgo demeure flou. Son avenir à Longwy, lui, sera bien rempli d’amour.

 

Créé il y a 5ans par Jérôme Guillot, le Club de Reconnaissance et d’Entraide aux Lévriers (CREL) compte aujourd’hui 400 adhérents dans cinq pays européens. L’association, basée dans les Vosges, a déjà fait adopter plus de 100 chiens et placé 62 autres dans des familles d’accueil, pour seulement 2 retours. Ce faible «taux d'échec », Jérôme Guillot l’a obtenu grâce à une «méthode très compliquée, mais plus sûre ».

 

Tout d’abord, chaque postulant est contacté par téléphone, pour que le CREL puisse évaluer sa motivation. Le candidat doit ensuite remplir un formulaire, disponible sue le site Internet du club. Puis le bureau de l’association, le responsable «adoption » ou «famille d'accueil » et le délégué de région se réunissent afin d ‘évoquer le dossier. Enfin, si toutes ses étapes ont été validées, des représentants du CREL rendent encore visite aux postulants, avant qu’un lévrier ne leur soit confié.

 

Jérôme Guillot met également en garde les personnes intéressées : « Ces lévriers ont été abandonnés, voire maltraités. Ils peuvent faire des dégâts, ne pas être propres, nécessiter un suivi vétérinaire particulier…Les gens doivent le savoir : nous ne plaçons pas des chiens «clefs en main ». Et nous préférons ne pas trouver de famille du tout, plutôt qu’une famille qui ne convienne pas.

 

Pour en savoir plus :
www.crel.fr

 

 

 

 

Article paur le 29 octobre 2013 "La voix du Nord" Maubeuge.

 

Une collecte de bouchons pour éradiquer les maltraitances



 

Carole Maczak se bat pour faire cesser une bien triste « tradition », qui consiste à éliminer des chiens quand ils ne sont pas aptes à la chasse.

 

Carole Maczck aime les animaux. Alors tout ce qu'elle peut faire pour aider certains à sortir de la souffrance, elle le fait et en fervente défenseur, la Maubeugeoise a adhéré au CREL (Club de Reconnaissance et d'Entraide aux Lévriers),
association vosgienne de défense des lévriers créée en 2009 et implantée à Corcieux, afin de sauver les lévriers espagnols d'affreuses atrocités infligées.

 

En effet, chaque année en Espagne, ces chiens longilignes sont des milliers à être jetés, battus et éliminés dans l'indifférence la plus totale.

 

Chasseurs et bâtis pour la course, ils subissent ce triste sort dès lors qu'ils ne répondent plus aux exigences de performances de leurs maîtres.

 

 

Article paru octobre 2013  "FufusMagazine"

 

 

Protection Animale "Des bouchons pour Sauver les Lévriers Espagnols".

 

C'est le 29 juillet 2009 que le C.R.E.L. (Club de Reconnaissance et d'Entraide aux Lévriers) a vu le jour, à l'initiative de 3 membres bénévoles, fondateurs et surtout motivés pour se battre « bec et ongles » contre la barbarie infligée en Espagne aux lévriers.

 

Vite étoffée, l'association est fière de compter, pour son 4ème anniversaire, 350 membres dons ses délégués de région couvrant localement la France et permettant ainsi les adoptions dans les régions « couvertes ». Les adoptions, elles, représentent 54 lévriers sortis de l'horreur !

 

Le C.R.E.L. souhaiterait pouvoir faire plus, mais pas n'importe comment !

 

Chaque demande d'adoption ou d'accueil est minutieusement étudiée. Chaque famille désirant accueillir un lévrier est contactée, puis visitée par un délégué de région pour préparer ensemble cet accueil et verifier le sérieux de la demande.

 

En 4 ans, le C.R.E.L. a fait beaucoup de chemin, notamment en mettant un pied dans l' « étrier gouvernemental », par l'intermédiaire de Michèle Striffler, Député Européen, devenue depuis la marraine de l'Association et à l'origine de la Déclaration Écrite déposée au Parlement Européen le 13 avril 2013, réclament l'arrêt immédiat des maltraitances infligées aux lévriers. Contactée en 2012, Michèle Striffler, ne connaissait rien du martyr des lévriers espagnols. Comme beaucoup de personne encore, elle était loin de se douter de la souffrance subie par les lévriers espagnols.

 

Difficile d'imaginer en effet qu'à notre époque, une telle « boucherie » puisse subsister sur des êtres vivants que sont les lévriers. Difficile d'imaginer que près de chez nous, dans un pays faisant partie de l'Union Européenne, des milliers des lévriers agonisent lentement dans les rues, matraqués pour leurs « maîtres », appelés galgueros (= propriétaires de galgos – lévriers-).

 

Pourtant ce calvaire, les lévriers le subissent tous les jours : brûlés à l'acide, démembrés, traînés derrière des véhicules, semi pendus, jetés dans des puits secs, mâchoires bloquées, etc... Ils sont laissées sur place pour une agonie lente.

 

Les plus chanceux croiseront le chemin d'un bénévole d'un refuge espagnol. S'ils ne sont pas trop meurtris, ils auront peut-être la chance d'être sauvés et de pouvoir être proposés à l'adoption. Mais les refuges regorgent de lévriers (environ 50 000 par an!).

 

En 2012, grâce aux dons, le C.R.E.L. a pu expédier 16 tonnes d’alimentation canine, des vermifuges, des médicaments pour soigner les chiens atteints de leishmaniose (maladie transmise par le phlébotome présent sur le pourtour méditerranéen), prendre en charge les frais de traumatologie de 5 lévriers.

 

Une bénévole, adhérente au C.R.E.L., et adoptante d'un podenco rescapé d’Espagne et d'un Whippet (2 types différents de lévriers) a eu une idée géniale ! Partant du principe qu'il y a trop de bouchons jetés, et que les dons peuvent être autres que des dons en numéraires, elle a mis en place une collecte de bouchons en plastique, au profit des lévriers espagnols. L 'événement créé sur facebook, a vite fait « effet boule de neige ». Le C.R.E.L. reçoit des bouchons des quatre coins de la France !

 

 

Pour des questions de logistique, les bouchons doivent être envoyés au siège social de l'Association :

 

 

2b rue des Jardins – 88430 CORCIEUX ou acheminés au plus près.

 

 

Cette forme d'aide et de bénévolat a conqui une autre bénévole qui s'est proposée pour faire une collecte en parallèle en Belgique, pour le C.R.E.L. Valérie a emmené dernièrement ses 700 premiers kilos de bouchons à l'usine de recyclage proche de chez elle.

 

La générosité de chacun passe par ce geste noble : plus aucun bouchon plastique ne doit être jeté, qu'il s'agisse de bouchons alimentaires (eau, lait, crème, jus de fruits, boissons gazeuses, pâtes à tartiner – sans le carton - , chocolats en poudre, compotes en gourdes, …), de bouchons ménagers (lessives, produits nettoyants, assouplissants, divers non toxiques...), de bouchons d'hygiène (crèmes et flacons divers, gels douche, shampooing , dentifrice...).

 

Il va de soi que tout l’argent émanant de cette opération est reversé entièrement sous forme d'aide alimentaire ou médicamenteuse pour aider les lévriers en souffrance !

 

 

SANS NOUS, ILS NE SONT RIEN, MAIS SANS VOUS, NOUS NE SOMMES RIEN, AIDEZ-NOUS A LES AIDER !
VOUS POUVEZ : ADHERER, ADOPTER, ETRE FAMILLE D'ACCUEIL, COLLECTER, DEVENIR BENEVOLE DE NOTRE ASSOCIATION

 

 

CONTACTS : COURRIEL : president@crel.fr – Tél : 06.89.50.75.81 – www.crel.fr



 





Espace Photos

(survolez pour agrandir)


Contacter le CREL C.R.E.L "Club de Reconnaissance et d'Entraide aux Lévriers" Mentions légales
  Association de Protection Animale loi 1901  
Enregistrée en Sous-Préfecture de Saint-Dié des Vosges sous le numéro: W883001147 Inscrite au Journal Officiel, Année "141" N°37 Article 1270
 _____________________ 
© CREL 2009-2017 ps3i.fr
Site réalisé par :
Flux RSS